The Banner Saga

The Banner Saga

photo-main

The_Banner_Saga_art_bi

Né sur Kickstarter, The Banner Saga rejoint le cercle des jeux vidéo qui ont pu voir le jour grâce aux fans. Avec sa campagne de levée de fond de 700 000 $, ce jeu « indé » développé par Stoic nous propulse dans un récit nostalgique et épique ! A ne pas confondre avec Banner Saga : factions, une version multijoueur en free to play qui est sortie avant pour permettre aux joueurs de se familiariser avec le système de combat.

 

Le jeu par le récit


The Banner Saga est un jeu de rôle/tactique au tour par tour entrecoupé de phase de « rôle » textuelle. En effet, il y a beaucoup de texte, l’aventure vous sera comptée au travers de petites scénettes. Vous dirigerez une caravane de « vikings » dans une aventure qui vous fera voyager sur de longues distances et découvrir ce monde unique où des géants côtoient des humains. Le titre offre une atmosphère et une ambiance « nordique » qui plaira aux amateurs de récit épique.

Le genre de « l’aventure contée » renaît ainsi, tout droit sorti d’une autre époque. On met de côté un instant la course au super graphique. On se laisse transporter dans cet univers où nos décisions auront des conséquences. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises décisions mais d’une manière ou d’une autre certains de vos choix vont changer le cours des événements. Parfois, c’est une question d’intuition et de chance et nous ne savons pas comment l’autre va se comporter. Dans d’autres situations, on peut même perdre un de nos héros.
Le jeu est en anglais avec quelques voix qui accompagnent l’aventure sans sous-titres dans une langue soutenue qui pourra perdre ceux qui ne sont pas à l’aise avec la langue de Shakespeare. De plus, l’histoire est racontée depuis plusieurs points de vue et pourra déconcerter le joueur dans la narration.

The Banner Saga est un titre qui à tous niveaux offre un soin particulier au graphisme. Il a un style très personnel qui mêle l’esthétique des livres pour enfants en bande dessinée avec l’inspiration de l’artiste américain Eyvind Earle : une merveille. C’est la force de cette signature graphique qui nous donne envie de continuer quand nous voyons notre caravane avancer inexorablement lorsque nous avons des ressources limitées et le moral bas. Le tout dans un plan large qui met en évidence le monde autour de nous, nous sommes faibles et insignifiants tels des fourmis. Au milieu de tout ceci, il y a ces géants, les Varl, qui sont plus en phase avec l’évolution du monde de leur point de vue avec leur existence de plusieurs vies que le fugace être humain.

Si le graphisme nous accompagne sur notre chemin, le son n’est pas loin derrière. Les effets sonores font aussi leur travail mais la palme revient à la musique composée par Austin Wintory.

The Banner Saga a été une surprise et démontre qu’avec peu de ressources, on peut faire un jeu avec de grandes aspirations malgré un budget limité. Le résultat est un jeu non-formaté et pour tous les goûts mais dégageant ce quelque chose qui pousse à l’empathie grâce à son bon mélange de récit et de stratégie au tour par tour.

TBS_test_3

TBS_test_1

Le verdict

8Très bien

On aime : Leurs batailles originales et stimulantes au tour par tour
Le sentiment de « tout peut arriver » de vos décisions.
Sa section graphique et sonore et un goût différent.

On n’aime pas : Difficulté de la langue pour embrasser l’intrigue et ses personnages, le manque de rythme dans le texte.
Un tutoriel aurait pu aider, nous découvrons des choses à la dure.


Mots-clefs :, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *