Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre

Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre

Vous avez participé à de nombreux cours d’histoire mais certainement jamais un tel que proposé par Ubisoft Montpellier qui, grâce à son nouveau travail numérique, nous offre  Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre. Sous la forme d’un roman graphique interactif et en utilisant le moteur UbiArt, un pan de l’histoire nous est présenté  au travers du jeu vidéo de la manière la plus pédagogique et émouvante que nous ayons vu depuis un moment. Si vous ne saviez rien de la Première Guerre mondiale, c’est peut-être le moment venu de prendre la manette !

Les conflits ont été représentés de nombreuses fois dans le monde du jeu vidéo mais pas toujours de la manière la plus fiable, respectueuse et appropriée.

Aujourd’hui, ce titre transmet vraiment les sentiments d’un conflit d’une telle profondeur que la Première Guerre mondiale. Le jeu, par son approche esthétique et sa narration, invite ainsi à penser autrement. Soldats Inconnus est une histoire intéressante sur les horreurs de la guerre, une histoire de survie, de sacrifice et d’amitié plus approfondit que quelques œuvres de cinéma ou autre médias qui représentent l’un des plus sanglants moments de l’histoire de l’humanité de 1914 à 1918.

Ubisoft Montpellier, qui avait travaillé sur Rayman, fait cet arrêt le long du chemin pour dépeindre une période sombre du peuple et de la nation. Cette tentative courageuse et honorable donne naissance à un produit interactif exceptionnel, un puzzle-aventure dans un roman graphique animé. Nous allons traverser les lignes ennemies pour vous dire comment un petit groupe de concepteurs créatifs a produit un des jeux les plus intelligents jusqu’à présent pour cette année vidéo-ludique.

Une classe de maître de l’histoire …

Soldats Inconnus se concentre fortement sur ​​le récit et, en tant que tel, se divise en chapitres avec des personnages de différentes nationalités dont les expériences sont étroitement liées afin de nous plonger dans le climat pénible qui a conduit à la Première Guerre mondiale. Tout est raconté sans voix ou textes, seuls les gestes et les bulles de bande dessinée suggèrent les sentiments éprouvés par leurs protagonistes.

Un Français, un Allemand, une Belge, un Américain et un chien : et non, ce n’est pas le début d’une blague. Ce sont les héros de cette histoire, chacun avec un fond, des idéaux et des buts dans la vie. C’est l’un des meilleurs aspects du jeu, ce qui nous pousse à nous attacher aux personnages. En fin de compte, nous passons beaucoup de temps à lire les nombreux documents textuels accompagnés de photos d’époque qui se débloqueront lorsque vous avancerez dans les niveaux.

Bien que ce ne soit pas tâche aisée dans le monde du jeu, Ubisoft Montpellier réussit ce pari et établit une connexion entre les personnages et les événements qui se sont réellement produits. Il est à noter que le contenu du jeu a été approuvé par une commission d’historiens français (Mission Centenaire 14-18). Une occasion vidéo-ludique de réviser ses connaissances en histoire !

valiant_hearts_the_great_war-2563605
Roman graphique interactif

La valeur éducative Soldats Inconnus  ne fait aucun doute. Mais ce n’est pas un argument qui vaut à lui seul l’achat d’un jeu vidéo. Heureusement, la facette vidéo ludique est complémentaire avec une aventure solo qui mêle exploration et énigmes d’une manière très réussie. La dynamique est donc très similaire aux jeux d’aventure, surveillance de l’environnement, collecte d’objets et interaction avec les différentes parties afin de résoudre des problèmes et aller de l’avant.

Nous pouvons être amenés à trouver un mécanisme simple de manivelle, jeter un bâton de dynamite à un endroit exact ou déplacer un meuble qui bloque une fille emprisonnée. Le niveau de difficulté augmente progressivement à mesure que nous avançons dans un ensemble qui non seulement est basée sur l’élément puzzle, mais aussi des moments en voiture, des moments d’infiltration ou d’affrontements avec des Boss.

Le gameplay est varié, lent et réfléchi et permet de profiter d’un jeu qui est facile à contrôler presque comme s’il s’agissait d’un défilement horizontal de plates-formes. Aucune différence entre les machines à cet égard, se comportant sur toutes les plateformes de manière très satisfaisante (360, PS3, One, PS4 et PC).

valiant_hearts_the_great_war-2563606
Une expérience

La progression de la difficulté va «crescendo», comme on passe d’un chapitre à l’autre. De toute évidence, le studio français a su coupé la poire en deux, créant une aventure avec ses touches de complexités mais sans jamais mettre en le joueur devant un obstacle insurmontable.

En fait, nous avons un système d’indice qui vient à notre aide quand nous commençons à sécher sur une énigme. Nous sommes heureux que cette dernière soit plus suggestive qu’explicative, à travers des dessins animés très réussis. Avec cela, la durée moyenne du jeu est autour des 6-8 heures.

Il est conseillé de ne pas rester fixé sur les chiffres. Croyez-nous, au fil du jeu, vous plongerez allègrement dans la lecture des notes et autres documents passionnants du jeu.

valiant_hearts_the_great_war-2563604
Un conflit très humain

Mettre en contexte le joueur dans le conflit est la force essentielle dans ce titre mais encore plus important, ce sont les personnages que nous avons traités, chacun avec ses particularités : Emile le  Français et Freddie l’Américain.

Le tandem de ces deux protagonistes est enrichi quand une Belge, Anna, apparaît sur ​​la scène, une infirmière avec un gameplay modifié partiellement loin de l’exploration et des énigmes.

Il y a aussi Walt, un doberman que nous pouvons mener dans les coins les plus reculés de la scène, que ce soit pour activer un mécanisme, pour sauver un blessé ou pour ramasser un objet hors de portée. Le fait d’avoir plusieurs personnages et d’alterner entre eux donne une œuvre qui est construit avec un rythme et un répertoire de situations équilibrées et qui nous donne une vision plus large de la guerre.

valiant_hearts_the_great_war-2563603
L’Art de (la) guerre

Il semble que Ubisoft rentabilise très bien le UbiArt Framework, un moteur propriétaire qui a été conçu afin de donner vie au papier à l’écran après conception des artistes. Clairement vu dans Rayman Origins et Rayman Legends nous recevons ici une démonstration de force avec une esthétique très différente qui tente de montrer les terribles conséquences de la guerre.

L’utilisation de la bande dessinée est très présente avec des personnages dessinés avec des lignes épaisses et des points forts. Le jeu utilise une palette de couleurs tendance sépia pour représenter l’atmosphère de désolation mais nous avons par moments dans l’histoire des teintes vives comme celles de la campagne française. En fait, c’est un vrai régal, surtout quand il y a un débit de 60 images par seconde.

Peut-être que la bande son n’est pas aussi importante mais remplit très bien sa fonction pendant ce voyage et aide à plonger dans l’univers et les émotions que le jeu veut nous faire partager.

En conclusion, c’est une œuvre numérique historique avec une valeur didactique considérable sur la Première Guerre mondiale. Donc, si vous avez séché vos cours d’histoire  plus jeune, avec ce jeu vous n’aurez plus besoin d’aller en rattrapage !

Ubisoft Montpellier nous a surpris avec une sortie digitale qui nous fera non seulement en savoir plus sur la Première Guerre mondiale mais aussi vivre l’histoire d’un groupe de personnes pris au piège dans ce contexte difficile. Un jeu d’exploration et d’aventure avec de nombreuses énigmes dont vous tomberez amoureux la première fois par son récit et après par son exactitude historique et son dernier aspect bande dessiné. Une classe de maître à ne pas manquer !

Le verdict

9Incroyable

On aime : Bon rythme narratif, grâce à l’alternance de plusieurs personnages
Excellent équilibre avec des puzzles, de l’exploration et des surprises
Contenu éducatif abondant. Vous en apprendrez beaucoup sur la Première Guerre mondiale
De la bande dessiné en mouvement grâce au UbiArt

On n’aime pas : La difficulté plutôt moyenne
Une option coopérative se prêtait au jeu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *