Ride to Hell: Retribution

Ride to Hell: Retribution

Jack Conway, un homme seul avide de vengeance, enfourche sa moto sur la route de l'enfer ...

L’asphalte qui file sous vos pneus, le soleil de plomb, une barbe mal rasée, une jolie nana accrochée derrière vous et un bon vieux rock’n’roll : voilà le tableau accrocheur de Ride to Hell: Retribution.

Ride To Hell Retribution

Ride To Hell Retribution

 

Le studio Eutechnyx nous offre une aventure de biker sur PC, PS3 et Xbox 360, où l’on suit Jack Conway dans une quête de vengeance. Le studio a fait des jeux de courses type Nascar, et il s’essaye içi au jeu d’action qui sent l’essence et la poudre.

Chérie, tu as fait quoi à manger ?

Chérie, tu as fait quoi à manger ? et

Jack Conway revient du Vietnam et de la guerre, c’est un homme brisé et amer qui retrouve son vieil oncle Mack et son frère Mikey. Ce dernier porte le seul souvenir de leur père mort : un vieux blouson de motard, celui du chapitre des « Retribution Dead End ». Ce blouson va mettre le feu aux poudres dans la vie de Jack Mikey et Mack. Jack va alors devoir emprunter le sentier de la guerre contre les « Devil Hand ».

des montagnes à l'horizon

des montagnes à l’horizon

Le jeu démarre sur une bande son rock’n’roll qui rappelle un bon vieux rock des années 70 et des illustrations de bandes dessinées « rétro ». Le programme semble appétissant mais on déchante rapidement, une fois les premières images « in game » sous les yeux. Le jeu semble sortir d’une autre époque, révolue. Techniquement, c’est vieux et ça pique les yeux et on se demande si on est bien sur Xbox 360. Première impression : mauvaise. Pourtant, on traverse le tutoriel en espérant mieux : un gameplay, une ambiance, une histoire …

Le doublage du jeu est en anglais avec des sous-titres français. Les voix des acteurs sont peu convaincantes et la narration en paie le prix. L’ambiance sonore est discrète, quand elle n’est pas inexistante, dans les cinématiques « in game ». Quelques morceaux de rock viennent cependant égayer nos oreilles lors des phases de courses à moto.

ma vie de biker en basse définition

ma vie de biker en basse définition

pimp my ride

pimp my ride

 

Au niveau du gameplay,  la réalisation est là aussi faible. Les phases de courses sont de longs couloirs. On ne peut revenir en arrière en moto ou faire demi tour. Aucune exploration n’est possible et le jeu nous ramène sur la route si on a l’idée de faire du « off road ». Lorsque ces phases de courses sont mixées avec des combats en moto, ça devient ridicule. Il suffit d’exécuter des QTE à la portée d’un petit panda ensommeillé. Si vous réussissez votre QTE, votre ennemi est éjecté de son véhicule dans une gerbe de sang et cela même si vous vous battez à mains nues. Pour les phases de combat à mains nues lorsque vous n’êtes plus en moto, c’est tout aussi affligeant. On a affaire à un beat them all simpliste et simplet sans aucune originalité et je ne m’attarderai pas dessus. Lorsque vous sauverez ou rendrez service à une des jeunes et jolies jeunes femmes en détresse que vous rencontrerez, vous aurez le droit à une scène « hot ». On y voit Jack et la demoiselle pratiquer un coït tout habillés, sans son et sur une musique de film érotique des années 60. On touche le fond là ? Non, on va encore creuser…

olé olé

olé olé

Je ne m’attarderai pas sur les modifications de la moto en accédant à un garage, installer un boost etc. Le boost ne sert pas à grand chose car vos ennemis accélèrent eux aussi lors de son utilisation.

Bref vous l’aurez compris Ride to Hell: Retribution est une grosse déception. Le jeu disposait pourtant d’un potentiel incroyable et d’un background riche. Mais la réalisation est une catastrophe. Le jeu est clairement à éviter.

Comme on est sympa, on vous donne un joli fond d’écran pour vous récompenser d’avoir lu jusque-là :

Ride-to-Hell-Retribution-Screens-Game-Wallpaper-HD

Ride-to-Hell-Retribution-Screens-Game-Wallpaper-HD

Et sinon, vous ne rêveriez pas d’un jeu de biker à la « Sons of Anarchy » ? ^^

 

Le verdict

4Pauvre

On aime : La musique rock’n'roll des années 70
Les illustrations bande dessinée
La jacquette
Les roploplos
Les filles avec les roploplos
Les motos avec des filles avec les roploplos

On n’aime pas : La réalisation
Le gameplay
La technique
Le graphisme


Mots-clefs :, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *