Metal Gear Solid V : Ground Zeroes (PS3, Xbox 360)

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes (PS3, Xbox 360)

grizzled-ole-snake

«Je vous ai fait attendre, hein ? ». C’est la première chose que vous dit Big Boss et cela illustre très bien le sentiment de millions d’adeptes et fans dans le monde. Big Boss revient, Metal Gear et Kojima reviennent … et ils nous laissent tous avec une exclamation de surprise sur la tête !

metal-gear-solid-ground-zeroes-xbox-360-00a

Il n’est pas un secret que Phantom Pain est toujours en développement et ne sortira pas avant 2015. Et pour nous faire patienter et nous mettre l’eau à la bouche voici Ground Zeroes.

Un prologue à Metal Gear Solid V : Phantom Pain. Initialement, tout était contenu dans le même produit mais Kojima Productions a choisi de se diversifier. C’est la mise en œuvre d’une décision stratégique qui signifie vraiment anticiper la passation parfaite entre les générations de consoles et une démonstration de la puissance à tous les utilisateurs potentiels de PS3, PS4, Xbox 360 et Xbox One (pas d’exception).

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes surprend. Ceci est un aperçu de ce que les Japonais ont produit, un voyage éphémère mais fascinant dans l’avenir immédiat qui nous prépare à la suite de la saga. Le renouvellement de la formule Metal Gear n’est pas seulement intense mais est également livré avec une réinvention de Kojima lui-même, en nous offrant une belle histoire et beaucoup de plaisir à jouer. Le prologue reste fidèle à la franchise.

Le but de cette épisode est donc double : d’abord présenter les mécaniques que Kojima Productions a mis au point et d’autre part servir de lien narratif entre ce que nous savions sur la série et ce que nous verrons l’année prochaine. En cela, le contenu principal du jeu est une mission qui se trouve juste après les événements passés dans MGS Peace Walker (PSP). On se retrouve en plein territoire cubain dans le rôle de Big Boss dans une tâche d’infiltration et de sauvetage, sa spécialité.

metal-gear-solid-5-ground-zeroes

Le point culminant est la façon dont Kojima met en place la trame : intense et pleine de sens. Il nous donne un aperçu de ce que sera Phantom Pain, une expérience dynamique avec des «intros» moins longues. À cet égard, la séquence de présentation de Skull Face (qui semble être notre nouveau méchant) et la chanson « Here’s To You » (Ennio Morricone) est un de ces moments marquants.

ZumbiTV Metal Gear Solid Ground Zeroes1

Le gameplay du jeu a subi une grande transformation dans l’ensemble du système de contrôle : s’accroupir, frapper en course ou monter un obstacle, tout est d’une fluidité féline et intuitive.

Image-du-jeu-Metal-Gear-Solid-V-Ground-Zeroes-sur-PS4

L’animation est automatique et précise. Tout ce que nous connaissions du gameplay d’avant (codec, CQC, collecte d’objets, etc) est ici intégré d’une telle manière organique que tout nous semble nouveau.

Metal-Gear-Solid-V-Ground-Zeroes-5-1280x720

Au cœur de tout, il y a l’infiltration qui demeure la clé du gameplay avec l’importance de rester caché, de ne pas éveiller les soupçons et s’il est possible de surmonter plusieurs des défis que propose de faire le jeu. La bonne chose à propos de ce renouveau est que l’utilisateur est mieux en mesure de décider s’il faut résoudre une situation d’une manière ou d’une autre ou de combiner les deux, ce simple fait augmente la rejouabilité. La liberté de jeu est la meilleure des nouveautés introduites et nous pensons que nous avons un petit avant-goût de ce qui nous attend dans The Phantom Pain …

Il y a beaucoup de designers qui utilisent parfois le terme «liberté» trop à la légère : Kojima tient sa promesse. Maintenant, avec un seul scénario (le Camp Omega ), il nous montre que non seulement plusieurs chemins sont à prendre mais il y a différentes façons de traverser une mission.
Choisir d’assommer un ennemi, le questionner ou le tuer. Décider de passer en silence ou s’emparer d’un blindé pour créer le chaos. Esquiver les projecteurs et les tours de guet ou tuer directement le gars qui s’occupe de l’éclairage. Accéder à une forteresse par la porte ou se dissimuler dans un véhicule. Faire une utilisation maximale avec notre pistolet tranquillisant ou de voler un lance-roquettes et semer la panique. Tout cela et bien plus est disponible. Nous n’avions jamais vu un Metal Gear qui a permis au joueur de s’exprimer aussi librement aux commandes. Mettez vos jumelles et jetez un œil à l’environnement pour marquer les ennemis (il n’y a pas de radar de jeu) est l’un des exercices les plus enrichissants en matière tactique.

Nous avons évoqué la mission principale de Ground Zeroes : infiltrer le camp Omega. Mais il y a plusieurs missions sur le même site qui ont des approches sensibles et radicalement différentes qui ont lieu à différents moments de la journée. Par exemple, éliminer deux marines (en consultant la documentation photographique) avec le soleil à son apogée ce n’est pas la même chose que la nuit sous la pluie. La visibilité est plus élevé et vous devez être plus prudent.

Nous voila arrivés à l’aspect le plus controversé de ce Metal Gear. La durée de vie : la première mission est de deux heures. Cependant, cela ne signifie rien à mon sens. En effet, obtenir un bon résultat nous encourage à rejouer la mission : accomplir en moins de temps, moins d’ennemis tués, ne tuer personne, ne pas se faire repérer, secourir d’autres otages, etc. Ainsi, le facteur de rejouabilité est essentiel si l’on considère la liberté comme le fer de lance de Ground Zeroes.

Il y a beaucoup de raisons d’essayer Ground Zeroes. La principale des raisons est l’aspect visuel, pour la première le « Fox Engine » qui est le nouveau moteur graphique apporte à la saga Metal Gear la qualité et les possibilités de liberté que nous avons évoqué tout au long de l’analyse. De toute évidence, les textures, la distance, la fréquence d’images et la résolution est plus élevée sur PS4 et Xbox One mais on observe une qualité élevée sur la PS3 et la Xbox 360.

Ground Zeroes est livré avec les voix anglaises et les sous-titres en français. La qualité des pistes est acceptable, en particulier par l’excellente performance des acteurs comme Kiefer Sutherland qui joue Big Boss. Le reste est à la hauteur comme la qualité de la bande son.

En bref, un travail bien fait et vous ne pouvez pas demander beaucoup plus dans le cas d’un prologue. Ce que nous pouvons dire, c’est que c’est un excellent contenu, il est donc recommandé pas seulement pour les fans mais pour n’importe quel joueur qui est attiré. 
Il y a une réinvention, tirée par les nouvelles technologies mais aussi par le désir de se surpasser. Il est plus proche de l’agilité des « FPS » occidentaux, mais sans perdre la furtivité, le récit ou la magie qui caractérise les aventures de Snake et compagnie. Oui, nous sommes conquis par ce prologue certes court mais en attendant l’épisode Phantom Pain il faudra s’armer de patience. Avec un prologue de cette qualité, nous ne pouvons qu’espérer un jeu grandiose.

Le verdict

8Très bien

On aime : Équilibre entre la narration et le gameplay plus précis
La liberté et l’agilité marquent une nouvelle étape dans Metal Gear
L’IA est l’une des plus avancé que nous ayons vu
Le Fox Engine tire parti des consoles actuelles et next-gen
C’est un grand aperçu de ce qui nous donnera Phantom Pain

On n’aime pas : C’est juste un prologue et à attendre des mois jusqu’à ce que Phantom Pain arrive
Le scénario de toutes les missions est le même, ce qui peut être un peu répétitif


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *