Metal Gear Solid Peace Walker

Metal Gear Solid Peace Walker

MGS_Peace_Walker_Packshot_EU

La guerre froide avec un cocktail de CIA, de KGB, de missiles nucléaires et de mechs bipèdes : voilà le menu pour ce retour dans la tourmente et les vicissitudes de ce qui a fait les lettres d’or de la saga Metal Gear Solid.

Naked Snake revient dans une aventure exclusive où l’on explorera son passé. Le mini disque du jeu pour la PSP semble contenir à peine cette aventure qui repousse les limites de la PSP. Mais Kojima ne s’arrête pas là. Il transforme l’aventure solo en une expérience coop jusqu’à 4 joueurs, avec un système de recrutement super dynamique. Rajoutons l’essence épique, les cinématiques sur ton de bande dessinée et la musique et on obtient un MGS qui brise les frontières et élève la série d’un cran supplémentaire.

metal-gear-solid-peace-walker

La campagne principale est une formule bien rodée : un parcours linéaire avec des mini-bacs à sable où vous progressez en vous  faufilant. Les environnements sont peut-être un peu moins ouverts qu’on aurait espéré, mais ils sont glorieusement réalisés sous la forme ici d’une jungle luxuriante, ses feuilles panachées cachant des soldats, ou ici par un avant-poste  en milieu urbain où vous pourrez  presque sentir l’humidité dans le béton. Metal Gear a toujours été et reste un jeu de planification avant de passer à l’action. Il nous invite à préparer nos missions avec soins (équipement, informations sur l’ennemi et le terrain etc.)  La configuration par défaut des boutons  fonctionne superbement après une acclimatation initiale – nous rappelons que nous jouons sur une PSP – et les options vous permettront d’ajuster la sensibilité des boutons ou de les réaffecter. S’accroupir, ramper, viser en retenant votre souffle, telles seront vos actions et ceci témoigne du génie Kojima  qui reste fidèle aux fondamentaux de Metal Gear. La magie opère toujours même si elle évolue depuis  plus de 12 ans et sur plusieurs plates-formes : ça vous donne la chair de poule.

MGS PeaceWalker PSP Edit051

La grosse nouveauté de cet épisode reste la gestion de votre base secrète Outer Heaven, un repaire de légende évoqué dans les épisodes précédents mais dont on ne savait pas grand-chose. Ici, on élaborera et on construira ce fameux repaire. On recrutera des soldats sur le terrain. On les affectera aux différents sections de la base ou bien à une mission pour faire grossir la réputation et l’influence de votre organisation dans le monde. Tout ceci permettant de développer de nouvelles technologies et armes que vous pourrez emmener, avec vous, dans vos missions. MGS a su faire de cette micro gestion une part intégrante de l‘aventure, en y apportant un intérêt certain et un gameplay fun et bien réfléchi. Kojima réussi là encore un coup de maitre.

Mais Peace Walker ne s’arrête pas là. Il intègre aussi un pan multi-joueurs qui vous permettra de jouer jusqu’à 4, afin d’échanger de l’équipement et accomplir des défis ensemble. Vous aurez aussi la possibilité de recruter de nouveaux soldat en passant à proximité de bornes wifi, etc…

metal-gear-solid-peace-walker_9

D’innombrables fonctionnalités vont ainsi étendre la dure de vie de ce jeu (compter 50 h pour dévorer les 90 % du jeu).

 

Pour conclure, les fondements de la série restent les mêmes, les nouvelles fonctionnalités font de cette épisode de MGS un jeu unique et qui mérite sa place dans la série – mais bien plus encore ce Metal Gear reste le plus surprenant de la série à ce jour et ceci pour notre plus grand plaisir.

Le verdict

10Parfait

On aime : Réalisation chef d’oeuvre
Le stress de la furtivité
La capture de soldats et leur gestion

On n’aime pas : Maniabilité peu instinctive
Temps de chargement longuets
Pas d’amis ? Pas de chocolat… (certaines missions sont injouables en solo)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *