Jeanne d’Arc, le jeu vidéo

Jeanne d’Arc, le jeu vidéo

Quand les Japonais récupèrent un pan de notre histoire nationale, qu’est ce que ça donne ? C’est bien simple, au lieu de bouter l’Anglais hors de France, vous bouterez le démon hors de l’Anglais ! (Certains y verront un pléonasme mais j’en décline toute responsabilité). Le jeu vidéo Jeanne d’Arc est un RPG tour par tour développé par Level-5 en 2006 pour la console PSP.

L’histoire

Le décor de l’aventure est vite planté. Un cinématique de type japanim nous présente une introduction où une légende nous est contée et où sont placés démons, luttes de pouvoir et victoire du bien grâce à l’intervention de 5 chevaliers dotés de bracelets magiques. Malheureusement, de nouveaux éléments viennent troubler la paix et les troupes anglaises envahissent la France.
Dans son village de Domrémy, une jeune pucelle nommée Jeanne participe à une petite fête avec ses amis, fête troublée par l’arrivée de démons. Un combat et Jeanne hérite d’un bracelet magique qui la transforme en redoutable soldat. Une voix lui demande alors de couronner le dauphin Charles VII et de sauver le royaume de France. L’aventure héroïc-fantasy commence !
Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, ce serait gâcher la trame narrative du jeu, à découvrir.

Jeanne d'Arc 03

L’environnement

A travers sa quête, Jeanne est aidée par ses amis rencontrés sur son chemin. Ces équipiers sont chacun munis d’un type d’arme : épée, lance, hache, magie, arc ou couteau. Lors de chaque victoire, vous récoltez argent, expérience et pierres de compétences, qui constituent le cœur de la progression dans le jeu. Ces pierres peuvent être attribuées à une catégorie guerrière particulière (soldat, mage, etc) ou être « universelles ». Chaque personnage, qui dispose de 6 pierres, peut ainsi être construit pour exploiter au mieux ses capacités. La diversité de ces pierres est bien pensée puisqu’elle appelle à mettre en place une stratégie. Un générateur de pierre permet en plus d’en créer de nouvelles.
L’histoire et ses personnages évoluent dans une map qui se découvre au fur et à mesure des quêtes. Lorsqu’une mission est victorieuse, la zone devient une zone de combat où on peut faire progresser ses personnages. Lorsqu’une ville est libérée, il est ensuite possible d’accéder à un magasin où, grâce à l’argent que vous avez récolté, vous pouvez acheter armes, équipements, objets et pierres de compétence. De temps en temps, un niveau spécial se débloque et permet de gagner quelque chose qui sort de l’ordinaire. Il existe aussi dans le jeu un système d’affinités Lune, Soleil et Etoile qui maximise les dégâts infligés dans des cas précis mais personnellement, je ne m’en suis pas occupée.

Entrez hardiment parmi les Anglais !

Lors des combats, vous placez votre équipe sur une grille. Les conditions de victoire sont précisées avant chaque combat. Des personnages sont parfois obligatoires et  un nombre est de participants est imposé. Vous n’aurez jamais le loisir d’envoyer guerroyer toute vos soldats.  En face, vos ennemis sont aussi diversifiés que l’est votre équipe : vous affronterez démons, soldats, habitants, etc. Là encore, une stratégie est à mettre en place puisque les compétences de vos personnages permettront une victoire plus facile sur tel ou tel ennemi. Les armes de chaque personnage sont elles aussi décisives. Par exemple, un lancier peut attaquer sur deux cases, un archer sur un grand champ, etc.

jeannedarc-rpg

Chaque personnage dispose d’une jauge de vie et d’une jauge de magie qui fonctionne avec les pierres de compétence. Lorsque son tour arrive, le personnage peut se déplacer, attaquer, prendre un objet, utiliser la magie ou ne rien faire. Si un soldat est équipé d’un bracelet magique, il peut se transformer en super saiyan pardon en super guerrier et disposent de quelques améliorations. Les combats ne varient guère. Heureusement que peu de séances de level-up sont nécessaires, sinon bonjour l’ennui !

Bilan

Ce jeu ne révolutionne rien, on peut même dire qu’il est traditionnel.Visuellement, c’est une réussite, les cinématiques sont sympas et les graphiques sont haut en couleur. Il y a peu de surprises dans le scénario qui reprend quelques noms emblématiques de la Guerre de Cent Ans (Gilles de Rais, La Hire) ainsi que des villes clés (Orléans, Reims, Rouen). La trame historique n’est évidemment pas tout à fait respectée, il serait dommage de finir un jeu avec un bûcher !
J’aurai souhaité plus de difficultés à la fin du jeu qui arrive, à mon sens, un peu abruptement. De même, le jeu permet de constituée une sacrée troupe mais les combats appelleront finalement toujours les mêmes et certains personnages sont alors délaissés. Une quarantaine d’heures sont nécessaires pour arriver au bout de l’aventure.
Ces précisions faites, je ne peux que vous conseiller ce RPG. Il est aussi à noté, pour finir, que le jeu Jeanne d’Arc n’est jamais sorti en France. Comble de l’ironie !

Le verdict

7Bon

On aime : Un univers riche
Des personnages attachants

On n’aime pas : Quelques petites incohérences
La facilité de la fin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *